« Un beau boulot »


samedi 13 Septembre 2008, © L’Est Républicain / LUNÉVILLE

La retraite d’Evelyne Payeur, monitrice éducatrice aux Terrasses de Méhon, ne ressemblera pas à un long fleuve tranquille.
Un départ qui va laisser un grand vide.

Elle y était entrée en 1985, alors comme candidat élève éducateur spécialisé. Et quittait hier les Terrasses de Méhon et ses 93 jeunes avec le titre de moniteur éducateur, un diplôme décroché en 1993. Après avoir notamment travaillé comme employée auprès de personnes âgées, auxiliaire de puéricultrice, aide soignante… Évelyne Payeur a pris sa retraite. Et hier, ses collègues ont dignement fêté son départ. « C’est une personne engagée et tournée vers les autres. Son déroulement de carrière et son comportement le prouvent », a expliqué Grégory Bracha, le directeur des Terrasses de Méhon, avant de souligner deux traits de son caractère : « bien trempé mais avec le sens de l’humour ».

Beaucoup d’émotions hier parmi le personnel. « Elle a conquis tout le monde par sa gentillesse et son professionnalisme », souligne une de ses collègues. Il est vrai qu’Évelyne Payeur ne peut laisser indifférent. Dans son discours très spontané, elle a bien pensé à remercier tout le personnel, des femmes de service aux secrétaires. Avant de reconnaître qu’elle était « un peu râleuse de temps en temps ». Ce qui a provoqué l’hilarité de l’assistance. « C’est franchement un beau boulot », a-t-elle lancé « même si c’est parfois dur dans une institution. » Avant de souligner : « Il y a des jeunes qui s’en sortent : on en rencontre après. »

Camescope en main, son époux filmait la cérémonie. Lui aussi a eu droit à un hommage. « Ce n’était pas toujours facile pour lui. On a beau dire qu’il faut prendre de la distance mais quand on rentre le soir après s’être fait insulter… »

La retraite, officiellement, c’est le 30 au soir. Là, elle savoure déjà des congés payés. Mais elle reviendra aux Terrasses de Méhon. D’abord tous les vendredi pour animer bénévolement l’atelier musique aux côtés de Sophie Rose. Mais aussi lors de futurs remplacements ponctuels. « Ces jeunes, j’ai été un peu comme eux dans une partie de mon enfance : les familles d’accueil, je connais. »

En retraite, Evelyne Payeur trouvera tout de même un peu plus de temps pour ses loisirs : des cours de guitare et de dessin, les compétitions au sein .du club de tennis de table, l’entraînement de jeunes du CAT dans cette discipline… et aussi ses huit petits enfants ! Sans oublier le bénévolat au sein de l’association Vie libre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *